Archive Avril 2024

Archive

Avril 2024

Affiche du film "Le vieil homme et l'enfant"
Affiche du film "Le vieil homme et l'enfant"
  • Le vieil homme et l’enfant

3 avril 2024 en salle / 1h 15min / Drame
De Ninna Pálmadóttir
Par Rúnar Rúnarsson
Avec Thröstur Leó Gunnarsson, Hermann Samúelsson, Anna Gunndís Guðmundsdóttir
Titre original Einvera
3 avril 2024 en salle / 1h 15min / Drame
De Ninna Pálmadóttir
Par Rúnar Rúnarsson
Avec Thröstur Leó Gunnarsson, Hermann Samúelsson, Anna Gunndís Guðmundsdóttir
Titre original Einvera
Synopsis :

Gunnar, un vieil agriculteur, est exproprié de sa ferme. Il laisse tout derrière lui et part s’installer en ville où il va se lier d’affection avec un livreur de journaux de 10 ans, quelque peu délaissé par ses parents.

Cette rencontre bouleversera à jamais leurs vies.

 

Compte rendu de la séance

John

Souris des champs souris des villes, fable que j »ai souvent lue à mes enfants et petits-enfants, ressemble beaucoup au film d’hier soir. Gunnar, homme sensible et spirituel, qui vit totalement isolé dans sa ferme, en symbiose avec une splendide nature sauvage islandaise. Loin des foules, avec son meilleur ami, Godi un poney blanc. Son réconfort réside dans le plaisir d’observer les oiseaux, les lacs et les landes environnants. C’est un taiseux par la force des choses.

Le « gentil géant » se trouve expulsé de sa ferme, exproprié pour laisser place à la construction d’un barrage. Certes, il sera indemnisé à hauteur d’un million d’euros, mais la souris des champs se retrouvera du jour au lendemain, propulsé en ville dans la capitale Reykyavik, les poches pleines, le cœur vide. Un joli plan entièrement flou souligne ce tournant dans sa vie, Gunnar ne sait plus qui il est, ni où il va.

Totalement privé de ses repères il se promène en ville comme un oiseau effarouché, écrasé par la hauteur des grues des chantiers, le bruit, la circulation, l’inévitable proximité des habitants de la ville. Il observe les promeneurs, la nature apprivoisée des parcs, sans jamais établir de contact avec qui que ce soit, tellement habitué à sa solitude, avant sa rencontre avec Ari, jeune garçon et voisin de Gunnar. Peu à peu ils deviennent amis, partageant le plaisir de jouer aux échecs. Les circonstances feront que Gunnar deviendra « nounou ». Nounou idéale, il est toujours disponible et prêt à rendre service.

Sans révéler davantage de détails, disons simplement que la réalisatrice nous guide régulièrement dans une direction pour ensuite nous confondre et prenant une bifurcation surprenante, technique narrative souvent employée au cinéma pour capter le spectateur. Elle ouvre des portes sans jamais les refermer, laissant à chacun le soin de finir son film. Où commence le rêve, où s’arrête la réalité ? Nos interprétations divergeaient. Comme un adhérent a remarqué, nous vivons le film à la vitesse de Gunnar, nous voyons tout à travers ses yeux.

Fable sur le passé et la mémoire de ce pays, la réalisatrice évoque aussi l’avenir et une Islande possible terre d’accueil de réfugiés. D’ailleurs Gunnar découvrira le sort des réfugiés en arrivant en ville et donnera de manière anonyme plus de 300 000 euros à une association qui les défend.

Allez voir le film pour en faire votre propre version originale.