Archive Mai 2024

Archive

Mai 2024

Affiche du film "Sans cœur"
Affiche du film "Sans cœur"
  • Sans Coeur

10 avril 2024 en salle | 1h 31min | Drame
De Nara Normande, Tião | Par Nara Normande, Tião
Avec Maya de Vicq, Eduarda Samara, Alaylson Emanuel
Titre original Sem Coração

10 avril 2024 en salle | 1h 31min | Drame

De Nara Normande, Tião | Par Nara Normande, Tião

Avec Maya de Vicq, Eduarda Samara, Alaylson Emanuel

Titre original Sem Coração

Synopsis :

Été 1996, un village de pêcheurs dans le Nordeste brésilien. Tamara profite de ses dernières semaines avant de partir à Brasilia pour ses études. Un jour, elle entend parler d’une adolescente surnommée « Sans Cœur » en raison d’une cicatrice qui traverse sa poitrine. Au cours de l’été, Tamara se sent de plus en plus attirée par cette jeune fille mystérieuse.

Compte rendu de la séance

John

Comme plusieurs spectateurs du film,  j’étais un peu perdu pendant les quinze premières minutes. J’avais du mal à trouver le fil rouge du récit et je me sentais brinquebalé de droite à gauche dans un  film confetti où la réalisatrice veut dire tellement de choses en si peu de temps qu’elle peine à maîtriser son sujet. Un genre de trou noir, un condensé d’énergie et de rage qui devra forcément imploser, ce sera le cas.

Ensuite on s’habitue et ce pointillisme fait sens, on engrange au passage des informations sur la situation politique, économique et sociale du Brésil en 1996, dans la région déshéritée et très pauvre du Nordeste  . On rejoint cette bande de jeunes adolescents, notamment Tamara et Sans Coeur dans leur «  paradis  » d’ennui . Certes il y de l’insouciance, la joie des baignades et les longues promenades sur les magnifiques plages, mais cette même joie est teintée de peur. Peur du changement de statut quand l’adolescent est sur le point de rentrer dans l’âge adulte, quand il découvre sa sexualité et sa fragilité car il sait que bientôt il devra s’en sortir tout seul. Peur de quitter sa région pour poursuivre ses études à Brasilia et peut-être ne jamais revenir, sachant que dans cette région, il n’y aucun espoir de trouver du travail  . Seul moyen de s’en sortir, le vol chez les riches et la nécessité pour les plus aguerris de s’équiper de couteaux et de flingues. L’implosion est prévisible pour ces jeunes sans futur.

On apprécie au passage la beauté des paysages et les moments oniriques entre rêve et cauchemar. On perçoit l’appel de détresse pour l’avenir de la planète .